Lettre ouverte au Secrétaire général de l’ONU

Lettre ouverte au Secrétaire général de l’ONU ANTONIO GUTERRES,

Depuis le 9 octobre 2019, l’Etat turc et sa soi-disant “Armée Nationale”, composée d’anciens membres de Daech et d’autres groupes djihadistes ont attaqué sans interruption le territoire du Nord Est de la Syrie. Avant le début de cette guerre d’occupation annoncée et dès les premiers jours, le public s’attendait à une réaction et une attitude efficaces de la part de l’ONU pour mettre fin à cette guerre.

Cependant, bien que certaines déclarations aient été faites, aucune des déclarations de l’ONU n’avait pour objectif clair de mettre fin à la guerre d’occupation et n’a pas mis en œuvre le droit international ou les mécanismes de sécurité pour protéger les personnes menacées par l’agression turque. Il semble impossible que l’ONU, avec ses 193 Etats membres, n’a pas pu empêcher cette invasion sanglante, menée avec le nom cynique de “Paix du printemps”, qui a provoqué l’instabilité, le déplacement et le chaos parmi les peuples du Moyen-Orient. Cet événement restera dans les mémoires comme l’un des plus grands échecs de l’histoire de l’ONU. Aujourd’hui, l’État turc et ses mercenaires attaquent nos villes et villages, tuent des innocents et enlèvent des femmes. Plus important encore, des dizaines de milliers de personnes – en particulier habitants de Serêkaniye (Ras al-Ain) – ont été victimes de la guerre. Déplacés de leurs terres, arrachés à leurs foyers, à leurs origines, à leurs moyens d’existence et à leurs sources de revenus. En raison des bombardements de l’armée turque, ils ont été forcés de quitter leur terre. Les personnes déplacées sont des réfugiés à venir. Malgré la violence manifeste de la campagne turque dans le nord et l’est de la Syrie l’ONU s’est jusqu’à présent limitée à la simple mission d’apporter une “aide financière aux réfugiés”.

L’ONU a le pouvoir et les moyens de jouer un rôle historique et de trouver une issue pacifique à la guerre et à la crise en Syrie. En jouant un rôle conforme à sa mission de force et de maintien de la paix, l’ONU aurait pu être un acteur transnational dans la démocratisation de la Syrie et de tous les États de la région. Pourtant, tout au long de la guerre de Syrie et en particulier de l’occupation turque d’Afrîn, qui a commencé en janvier 2018 jusqu’aux dernières occupations des villes et régions de Serêkaniye et Girespî (Tel Abyad), l’ONU n’a pas agi. En outre, ses politiques ont servi les États et les pays membres de qui imposent la tyrannie au peuple syrien.

En tant que femmes vivant dans le nord-est de la Syrie et à Rojava, depuis le premier jour de la guerre nous avons suivi les déclarations du Secrétaire général de l’ONU avec beaucoup d’attention et nous avons fait part de nos réflexions et de nos préoccupations dans une lettre que nous avons écrite le 10 octobre et la Déclaration de la Femme signée par plus de 2 000 organisations de femmes et de défenseurs des droits humains que nous vous avons envoyés le 1er novembre. Dans la charte de l’ONU, il est dit que pendant une guerre, les Droits de l’Homme universels doivent être une priorité et rester une priorité.Quelque chose à laquelle adhèrent les participants à la guerre. Le 10 octobre, le Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme pour les réfugiés Filippo Grandi a déclaré : “Des centaines de milliers de civils dans le nord de la Syrie ne sont maintenant plus en sécurité. C’est une façon de faire du mal. Les civils et les infrastructures civiles ne doivent pas être une cible.”

D’autant plus qu’à Serêkaniye, des crimes de guerre ont été commis qui ont violé cette déclaration des dizaines de fois. Des civils, y compris des enfants, ont été attaqués au moyen d’armes chimiques. En un ou deux jours des dizaines de milliers de civils ont été chassés de leurs maisons et de leurs terres. Hevrin Xalef, coprésidente de l’Assemblée du Parti du Futur Syrien, a été torturé et exécuté. Les corps des combattantes des YPJ, qui ont combattu ISIS ont été torturés, d’une manière qui porte atteinte à leur dignité humaine. Avec tout cela à l’esprit, nous aimerions demander comment est-il possible de protéger les civils et les infrastructures civiles dans ce climat? Les gens ont été forcés de quitter leurs maisons, leurs magasins et leurs biens. Les forces alliées de la Turquie dans cette sale guerre les ont pillés en les considérant comme des “butins de guerre”. Nous aimerions savoir quelle section des droits de l’homme considère-t-il cela comme légitime?

On s’attend à ce que l’ONU prenne des mesures contre ces crimes et d’autres innombrables crimes contre l’humanité. Au lieu de cela, nous voyons simplement la tendance à normaliser cette situation et à soutenir les actions et pratiques inhumaines de la Turquie. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a récemment annoncé qu’il pensait qu’il était possible de résoudre la crise en Syrie par une solution politique inclusive et non militaire. Les gens vivant en Syrie sont conscients du rôle que l’ONU devrait jouer dans la recherche de cette solution. Toutefois l’ONU, qui devrait mettre fin à la violence militaire, n’a pris aucune mesure efficace ou décisive à cet égard.

De plus, c’est avec beaucoup de consternation et de colère que nous avons entendu les propos du Secrétaire général de l’ONU. Dans un communiqué de presse après avoir rencontré le président turc Tayip Erdogan le 1er novembre, qui a déclaré :”Le Secrétaire général a exprimé sa profonde gratitude pour la coopération et l’appui sans faille entre la Turquie et l’Organisation des Nations Unies”. A l’issue de cette réunion, le Secrétaire général a annoncé que le “UNHCR formera immédiatement une équipe pour étudier la proposition et entamer des discussions avec les autorités Turc concernant le plan de la Turquie pour de “nouvelles zones d’installation pour les réfugiés syriens”.

Cette déclaration compromet les chances d’une solution politique, alimente l’hostilité entre les peuples des pays membres du Moyen-Orient et affirme le changement démographique forcé et le génocide, également appelé ” nettoyage ethnique “. En tant que femmes vivant dans le nord et l’est de la Syrie, nous n’acceptons pas et condamnons l’attitude et les politiques de l’ONU, qui n’ont pas réussi à protéger nos vies et nos droits.

Lors de la réunion susmentionnée, Erdogan a présenté ses projets visant à mettre en place des “de villes de réfugiés” dans les régions de Serêkaniye et de Girespî, lieux d’où des dizaines de milliers de nos habitants ont été déplacés de force. A ce propos, le Secrétaire général de l’ONU n’a mentionné que “la coopération volontaire, sûre et digni- fied du retour des réfugiés”. C’est extrêmement préoccupant pour l’avenir du Nord et de l’Est et les résident syriens. Pourquoi le Secrétaire général de l’ONU ignore-t-il le droit de dizaines de milliers de personnes déplacées originaires de Serêkaniye, Girespi et Til Temir de retourner dans leurs villes d’origine dans leur quartier volontairement, de manière sécurisée et digne?

Les problèmes ne peuvent pas être résolus avec la cécité consciencieuse et l’ingénierie sociale, en choisissant de ne pas voir qui sont ceux qui habitent réellement ces villes. Le Secrétaire général de l’ONU a annoncé que ce projet pourra être examinées par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Il est également très remarquable que le même État et par le gouvernement turc au profit des Nations unies. Les villes, qui ont été détruites par l’armée turque sont en cours de reconstruction sous la forme de villes de réfugiés avec les ambitions du capital et du profit turcs. Nous demandons à l’ONU de se montrer à la hauteur de sa neutralité déclarée et non de sacrifier le destin des peuples à des accords commerciaux. Il est ridicule que l’ONU parle de l’équipe d’enquête alors qu’il y a de nombreuses preuves que des dizaines de milliers de personnes ont été expulsés de leurs terres, envahies, pillées et assassinées par des gangs Turcs de “l’Armée Nationale”.

En tant que femmes vivant dans le nord et l’est de la Syrie et dans la région de Rojava, nous demandons instamment au Secrétaire général de prendre le rôle que l’ONU n’a pas voulu jouer depuis le début de la crise syrienne, mais qui est tout à fait conforme à la volonté de l’ONU. Pour cela:

– Nous exhortons l’ONU à élaborer des politiques et des pratiques efficaces pour mettre fin à l’agression et à l’occupation de la Turquie.

– Afin de préserver la neutralité de l’ONU, nous demandons qu’une mission d’experts impartiaux soit mise en place par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et envoyés dans les régions de Serêkaniye, Gire Spî et Til Temir afin de constater que le “projet des villes de réfugiés” a été mis en place aux dépend de la population et provoque un génocide. Nous demandons à cette mission de rencontrer les dizaines de milliers de personnes, qui ont été déplacés de force et d’examiner si leur droit au retour est “de leur plein gré et en toute sécurité”.
En outre, nous appelons à examiner les conséquences de la politique d’Erdogan de déplacer des populations et d’en faire des réfugiés avant d’approuver son “projet de villes de réfugiés”.

– Nous ne pensons pas que les 150 membres actuels du Comité de la Constitution syrienne représentent l’Union européenne.
La volonté des femmes qui luttent héroïquement contre le terrorisme de l’ISIS en Syrie au cours des 9 dernières années de la guerre. En outre, les femmes qui luttent depuis des années pour la démocratisation de la Syrie et de l’ex-Yougoslavie.
La liberté des femmes n’a pas été reconnues par ce comité constitutionnel. Une représentation de 20% des femmes au sein de ce comité ne résout pas le problème. La signification politique devient évidente par le fait que le camarade d’Hevrîn Xalef, le coprésident populairement élu de l’Avenir syrien a été exclus de la participation à la commission constitutionnelle de Genève, tandis qu’à cette assemblée les commanditaires de ces actes ont inclus.

Il est politiquement significatif que les représentants de la FSA qui ont collaboré avec des groupes meurtriers comme ISIS et El Nusra sont inclus dans le processus. Tandis que les représentants des SDF qui se sont battus contre ISIS depuis des années et la DDC, qui représente la diversité de la population syrienne, ont été l’un des principaux acteurs de la lutte contre le terrorisme. Depuis 9 ans, les femmes, en particulier les femmes kurdes, ont donné des milliers de sacrifice pour une Syrie démocratique, libre et pacifique. Toute initiative constitutionnelle qui nie ce fait et qui invite les chefs de gangs avec du sang sur les mains à la table de la Constitution aggraveront le chaos sur le territoire syrien. Pour éviter cela, nous appelons à donner des sièges aux vrais défenseurs de la démocratie dans la Constitution. En tenant compte des représentants élus de toutes les communautés ethniques et de toutes les femmes vivant en Syrie.

Au nom de la coordination de Kongra Star,

EVÎN SWÊD
Qamishlo, le 4 novembre 2019

Vous pourriez également aimer...