Halime, tiens bon !


Dans la soirée du 18 avril 2024, une nouvelle attaque de drone turc a eu lieu au Rojava. Elle a touché Halime Mihemed Osman, porte-parole de l’organisation Sara pour la lutte contre les violences faites aux femmes, et son mari Elî Mistefa Osman. Nûdem Derya nous raconte :

Jeudi soir, 18 avril 2024 : Nous nous asseyons ensemble entre femmes et parlons de l’histoire qui a été écrite par les hommes. Nous discutons de la manière dont nous pouvons mettre en valeur l’histoire des femmes.
Ce soir-là, des célébrations ont lieu dans toute la région pour marquer l’anniversaire du KJK, l’auto-organisation sociale globale du mouvement des femmes kurdes. Une structure qui a beaucoup contribué ces dernières années à rendre les femmes kurdes visibles et à les renforcer contre la violence coloniale de l’extérieur et de l’intérieur.

L’une d’entre nous regarde son téléphone et voit qu’une autre voiture a été attaquée à Kobané. Il y a une heure, nous parlions du fait que les choses sont censées être calmes et sûres en ce moment, alors que de nombreuses femmes que nous connaissons sont en danger tous les jours.

À minuit, je consulte aussi mon téléphone. 35 messages dans le groupe WhatsApp de l’organisation de femmes Sara, avec laquelle je travaille. Chaque jour, nous luttons pour les droits des femmes, sur la base du contrat social et du droit de la famille, dans le cadre de l’autonomie démocratique.

Peu de temps après, nous l’apprenons : L’attentat en question visait Halime Osman et son mari.
Tous deux étaient à bord de leur voiture lorsque celle-ci a pris feu. Ces parents de cinq enfants sont maintenant à l’hôpital, c’est un miracle qu’ils soient en vie, la voiture est complètement brûlée.

Halime va voir les femmes de Kobané chaque fois qu’il y a un problème, tôt le matin et tard le soir. Même avant la révolution, elle s’est organisée avec beaucoup d’autres habitants de Kobané contre le régime baasiste. Durant la lutte contre Daesh, elle a envoyé ses enfants hors de la ville et a participé à sa défense avec son mari. Depuis de nombreuses années, elle travaille principalement pour les droits des femmes à Kobané, pendant trois ans au sein du conseil d’administration de Sara, et en tant que porte-parole depuis septembre 2023.

Hier soir, l’État turc et ses alliés ont montré une fois de plus qu’ils n’acceptent pas la force des femmes. Qu’ils en ont peur. La pancarte de Sara indique aujourd’hui : “Nous savons que la libération, le développement et le progrès des femmes signifient le développement et le progrès de la société. C’est à dire la fin de la guerre et des troubles ainsi que l’instauration de la paix et de la démocratie. C’est pourquoi les femmes qui luttent sont prises pour cible”.

Ce matin, toutes les femmes des organisations sociales se rassemblent. C’est un vendredi, un jour férié, mais cela n’a pas d’importance. Nous ne sommes pas en vacances. Nous sommes en colère ensemble, nous discutons, nous faisons une déclaration. Nous sommes solidaires.

Halime, tenez bon, vous avez déjà montré tant de force, restez forts !

Vous pourriez également aimer...